La Magnanerie

 

Circuit en voiture dans le Sud Luberon.

L'or du Pays d'Aigues, les points d'eau.

 

 

 

Comme partout dans le Pays d’Aigues, l’eau est très importante. Vous comprendrez très vite ô combien cet élément naturel est cher dans le cœur des provençaux dès que les températures grimperont rapidement et qu’au simple bruit de gouttes d’eau qui coulent, vous serez envahis par un besoin de fraîcheur et une envie de plonger jusqu’au plus profond de la source. C’est pourquoi l’eau a souvent fait l’objet de nombreuses convoitises et de luttes villageoises, notamment entre Pertuis et La Tour d’Aigues. Nous vous invitons à suivre la Route de l’Eau, petit parcours désaltérant qui vous permettra de découvrir un pays touristique soucieux de préserver son petit patrimoine mouillé. Et par chance, réussirez-vous peut-être à entendre le murmure de certaines fontaines ensorceleuses en train de vous conter leur histoire.

Votre circuit commence à Pertuis, capitale du Pays d’Aigues, qui abrite de charmants lavoirs et fontaines dans le centre ville.
Un circuit de découverte dans le centre ville est possible à l’aide de la brochure « Fontaines de Pertuis » en vente à l’Office de Tourisme, qui vous donnera en détail l’histoire de sites comme la fontaine de l’Ange, la fontaine de la Diane ou encore la fontaine de l’Obélisque… C’est parce que Pertuis se caractérise par sa diversité (fontaines-abreuvoirs, fontaines-lavoirs, sources permanentes) qu’elle vous séduira aussi pour sa simplicité. Elle n’a pas la prétention de présenter son patrimoine comme une merveille incontournable mais vous invite simplement à venir partager les secrets de ses sources attachantes de par l’impact qu’elles ont eu sur les habitants au fil des siècles.


Revenons simplement ensemble sur la fameuse querelle qui eut lieu entre Pertuis et La Tour d’Aigues. Nous sommes au début du 16e siècle, la population est en pleine expansion à Pertuis et l’eau commence à se faire rare. Des mesures doivent être adoptées rapidement. C’est pourquoi le conseil de ville demanda à La Tour d’Aigues de dériver l’eau de Font de Viade, ce qui alimenta de nombreuses querelles entre les deux villages, réglées en partie par le don de vin rouge au seigneur de La Tour d’Aigues. Vous voyez, des différends concernant l’eau, il n’y en a pas que dans « Manon des Sources ».

Après votre pause déjeuner, (voir la page des bonnes adresses) continuez votre excursion en prenant la route D.956 en direction de La Tour d’Aigues. Vous arrivez dans la capitale de la Vallée d’Aigues connue pour les vestiges de son château Renaissance. Sur la place devant cette imposante demeure, vous pourrez découvrir, du haut des remparts, un panorama sur l’Eze, petit cours d’eau à faible débit, qui peut se transformer en torrent quand l’orage gronde. L’humidité qu’il crée permet à la végétation avoisinante de s’accroître et de fleurir abondamment. De plus, vous pourrez admirer les champs de vignes, spécialité de la région car vous vous trouvez dans l’aire A.O.C Côtes du Luberon.

Votre promenade se poursuit sur la D.37 en direction de l’étang de la Bonde. Garez votre voiture et partez à la découverte de la plus grande étendue d’eau du Sud-Luberon, alimenté par la source de Mirail, un peu plus haut, qui fut créée au 15e siècle par la volonté des seigneurs des lieux. Il appartient aujourd’hui à la propriétaire du château qui se trouve au bord du lac, caché derrière de grands arbres. Vous avez la possibilité d’emprunter le sentier (au bout du chemin) qui permet de faire une promenade le long du lac et qui rejoint le village de La Motte d’Aigues à droite (environ 1 heure). Sur votre gauche, vous trouverez également un champ, petit coin tranquille pour pique-niquer et se retrouver en famille. Vous pouvez encore faire quelques brasses, l’eau étant de bonne qualité.

Pour les plus courageux, nous vous proposons de partir à l’aventure pour une excursion dans la colline qui vous permettra de découvrir la source de Mirail. Pour cela, il vous suffit de suivre la route D.42 vers Saint-Martin de la Brasque. Après le village, prenez la première à gauche en direction de Belle Etoile, route qui passe devant une petite église de village et continuez toujours tout droit. Après 1 km environ, tournez à droite au croisement et prenez la route qui monte. Vous arrivez sur un chemin en terre avec un espace pour garer votre voiture un peu plus loin. C’est le début de votre périple à pied vers la source en contrebas.

Puis continuez vers Cabrières d’Aigues par la D.9 (ou D.120 si vous venez de la source). A votre arrivée dans le village, tournez à droite vers le centre-ville et prenez la première route à droite (pont). La rue commence à monter vers la droite et 200 m plus loin, vous pourrez voir les lavoirs et fontaines troglodytiques. Continuez le chemin tout droit puis sur la droite pour faire le tour du quartier et revenir sur vos pas.

Poursuivez votre itinéraire par la D.189 qui vous permet d’arriver à Cucuron, charmant petit village au pied du Luberon, célèbre pour sa place de l’étang. Espace privilégié pour la détente, installez-vous à l’ombre sur une des pierres qui entourent l’étang et prenez le temps de regarder la danse des poissons et le reflet des platanes dans l’eau. Rafraîchissement garanti.
Un peu d’histoire…
Pièce d’eau artificielle, il fut aménagé à une date inconnue, mais ancienne (on le mentionne déjà au début du 15e siècle), pour alimenter en eau des moulins à blé. Au début du 16e siècle, la communauté décida de construire deux moulins à farine qui seraient alimentés par l’étang. Une réduction de la surface du bassin eut lieu durant la première moitié du 18e siècle pour être ramené à ses dimensions actuelles. Jusqu’à l’adduction d’eau en 1952, les sources du Luberon alimentaient l’étang, les 8 fontaines et les 6 lavoirs, fournissant ainsi l’eau aux habitants de Cucuron. Aujourd’hui, cet étang ne sert plus que d’ornement. Il a été inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Sites en 1955 avec les allées de platanes centenaires qui l’entourent.

Puisque vous vous trouvez à Cucuron, vous devez rendre visite à Vaugines (D.56). Vieux village, simple et charmant, autour de sa fontaine moussue qui a su garder son âme provençale dans ses rues paisibles aux belles maisons traditionnelles en pierre de pays. Il vous accueille avec sa petite église paroissiale Saint-Barthélémy du 12e siècle qui servit de décor à une des scènes de « Jean de Florette ». Juste en face, vous pourrez apercevoir une petite fontaine contre le mur avec l’inscription « vallis amata » (vallée aimée), nom donné au village au 11e siècle à cause de la présence de nombreuses sources. Faites un tour dans les ruelles du village pour vous plonger dans son passé médiéval et faire connaissance avec les villageois. Une des curiosités du lieu réside dans la rue des coquillages où, en regardant attentivement, vous pourrez apercevoir des fossiles et morceaux de coquillages incrustés dans les murs.

Enfin, revenez vers Pertuis en suivant la route d’Ansouis (D.45, D.135 et D.56). N’hésitez pas à vous arrêter sur la D.45 où sont accessibles quelques sentiers de randonnée sur la droite pour prendre un bol d’air frais au milieu de la campagne et des chênes verts. En arrivant à Ansouis, vous pourrez admirer le château qui domine fièrement le village. Sur la route, faites une halte fraîcheur à la « Vieille Fontaine » qui date de 1837 et qui fait renaître l’ambiance des lavoirs il y a quelques temps de cela, où les femmes se réunissaient et parlaient de tout avec la franchise qu’on leur connaît si bien…
 

Nous espérons que vous aurez passé un agréable moment dans cette belle région.
 

 

 Retour haut de page